Image default
Maison

Quelques étapes à suivre avant de construire une véranda

Une véranda est une pièce supplémentaire qui est considérée comme mi-intérieure et mi-extérieure. Elle a comme particularité d’être souvent baignée de lumière et ouverte sur le jardin ou sur l’espace extérieur de la maison.

D’un côté, une véranda ajoute de la valeur à la construction car elle est très esthétique et utile. Et d’un autre côté, elle permet aux occupants de profiter au maximum de leur propriété, des beaux jours et du soleil.

Cependant, il est à savoir que la construction d’une véranda doit être bien réfléchie pour éviter toute déconvenue et aussi pour bien réussir le projet d’agrandissement.

Se faire accompagner par un professionnel

Normalement, on doit faire appel à un vérandaliste pour effectuer les travaux de construction. Mais ceci n’est pas obligatoire car on peut aussi se tourner vers d’autres artisans professionnels, comme ceux qui sont proposés sur le site terminauxalternatifs.fr, pour nous aider à bâtir ou à aménager notre véranda.

En effet, des ouvriers du bâtiment en particulier sont très compétents pour s’occuper des vérandas en bois ou en acier tandis que d’autres interviennent spécialement pour se charger des modèles en aluminium.

Accomplir les démarches administratives

En ce qui concerne maintenant les démarches à entamer pour réaliser la construction d’une véranda, il y a lieu tout d’abord de se renseigner sur la faisabilité des travaux auprès de la mairie, en tenant compte de ce qui est prévu par le COS ou par le Coefficient d’Occupation des Sols.

Bien entendu, toute édification de véranda, quels que soient sa taille et son emplacement dans la propriété, nécessite une autorisation administrative. Justement, si la superficie de la véranda est inférieure à 20 m², une simple déclaration de travaux peut suffire, mais si celle-ci dépasse les 20m², il faut vraiment effectuer une demande de permis de construire.

A titre d’information, l’accroissement de la surface habitable occasionne logiquement des répercussions sur le calcul de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Ainsi, la véranda est donc soumise à la fiscalité de l’urbanisme, notamment : à la taxe locale d’équipement, à la taxe départementale des espaces naturels sensibles, et à la taxe pour le financement des Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement.

Choisir le style de la véranda

Une fois que les démarches administratives sont assurées, l’étape suivante consiste à choisir entre une véranda classique et une véranda moderne. Ici, il convient de rappeler que le style d’une véranda dépend en général du matériau de structure, de l’importance des surfaces vitrées et aussi de leur répartition.

Mais quoi qu’il en soit, il faut toujours que cette pièce se marie bien à l’architecture existante et qu’elle se fond dans le paysage. Pour les extensions de type contemporain par exemple, elles se démarquent surtout grâce à leurs baies vitrées aux dimensions très imposantes.

En revanche, pour les vérandas de style ancien, elles sont plutôt dotées d’ouvertures en plein cintre et de décors ouvragés qui évoquent les jardins d’hiver du XIXème siècle. Enfin, il y a aussi les vérandas de type nord-américain qui sont munies de structures aux lignes très régulières traçant un beau quadrillage.

Bien sélectionner les matériaux de la véranda

Pour revenir un peu sur les matériaux de la véranda, les plus courants sont : l’acier, l’aluminium et le bois. L’acier est le matériau qui a été utilisé dans la construction des premières vérandas. Il a perdu sa popularité parce qu’il a tendance à rouiller.

Mais en ce moment, on peut dire qu’il revient en force car de nouvelles peintures et des traitements spéciaux comme la métallisation et le sablage ont été conçus pour les rendre moins sensibles aux intempéries. Sans parler de ses autres propriétés esthétiques, thermiques et décoratives qui ne sont plus à prouver.

En ce qui concerne ensuite l’aluminium, il s’agit d’un matériau de référence pour les vérandas car non seulement il est léger et durable, mais il est également très solide car il supporte des vitrages de dimensions importantes. L’aluminium résiste bien aux intempéries, et il ne demande aucun entretien.

La plupart des constructeurs l’apprécient car il peut se décliner en de nombreuses couleurs et aussi en plusieurs finitions. Et par-dessus tout, l’aluminium apporte d’habitude une image de modernité au bâtiment.

Pour parler enfin du dernier type de matériau pour véranda qui est le bois, il s’agit d’un bon isolant qui peut s’adapter à tout style architectural. Parmi les essences de bois qui offrent une bonne longévité et une meilleure stabilité, il y a lieu d’énumérer par exemple : le redcedar qui est léger et inerte et qui dispose d’un coefficient de dilatation presque nul ; le teck qui a les mêmes qualités que le redcedar mais qui est plus coûteux et plus lourd ; et enfin les bois traités en autoclave qui sont plus économiques.

Related Articles

Le look scandinave chez soi, comment bien l’adopter ?

Laurent

Comment déplacer des meubles lourds

Tamby

L’alarme de maison, un dispositif incontournable dans un habitat

Tamby

Leave a Comment